Conférence du Collège.M2

Conférence inaugurale du Collège.M2

Art, design et artisanat à l'ère du numérique

Par Samuel Bianchini

Résumé

Samuel Bianchini

@Hélène Bozzi

Art, design, artisanat à l’ère du numérique

Pour de nouvelles formes de coopération entre conception, expérience et matérialité

Le numérique serait un facteur de dématérialisation. Le design serait essentiellement basé sur une logique de projet au profit de fonctions. À l’instar de la CAO (“conception assistée par ordinateur”) ou de l’impression 3D, la forme et la matière se conformeraient au verbe ou au programme. L’art serait, quant à lui, d’abord cérébral, conceptuel, comme l’a démontré, dès les années 20, László Moholy-Nagy, en donnant des instructions par téléphone pour faire réaliser ses œuvres par d’autres, artisans et / ou machines. Les artisans seraient alors soumis à la commande et aux règles du métier.

S’il est certain que nos sociétés sont aujourd’hui innervées de toute part par les technologies numériques, il est en revanche douteux et dangereux de croire que l’ensemble de nos vies pratiques et de nos environnements matériels puissent être réduit à des conduites programmées, au verbe implémenté devenu calculable.

Au contraire, à mesure que les logiques ordonnatrices de l’informatique tentent de s’imposer, on redécouvre la puissance sensible des formes et de leur plasticité, la beauté des gestes irréductible à la mécanisation, comme les facultés d’action de la matière et de nos environnements dits “naturels”. Entre art, design, artisanat et technologies, comment composer ? Peut-être ne faut-il pas alors réduire la question, mais assumer, à la manière d’Edgar Morin, sa complexification : comment permettre de nouvelles formes de coopération entre les disciplines artistiques et scientifiques, avec les technologies numériques, tout en étant préoccupés par un soucis écologique qui nécessite une attention toute particulière aux forces et au respect de nos environnements matériels et naturels ?

Agentivité de la matière, expérience humaine pluridisciplinaire et puissance du numérique ne sont ni opposables ni réductibles l’une à l’autre, au contraire, ces différents registres d’activité nous appellent à repenser et expérimenter de nouvelles formes de coopérations, humaines et autres qu’humaines, qui donnent toute leur place à la dimension esthétique. C’est dans cette perspective que Samuel Bianchini proposera une réflexion basée sur de nombreux exemples pratiques provenant, entre autres, d’un champ d’exploration autant pluridisciplinaire que vivifiant : la robotique et même, la “soft robotic”.

Samuel Bianchini est artiste et enseignant-chercheur (PhD, habilité à diriger des recherches) à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD, Université PSL, Paris), où il dirige le groupe de recherche Reflective Interaction d’EnsadLab (laboratoire de l’EnsAD) et où il est également co-responsable de la Chaire arts et sciences mise en place en 2017 avec l’École polytechnique et la Fondation Daniel et Nina Carasso.

Sites web : www.dispotheque.org | https://reflectiveinteraction.ensadlab.fr


Ouverture du Collège.M2

Ouverture du Collège.M2

Conférence Inaugurale

Bernard Leroy, Président de l’Agglomération Seine-Eure

Richard Jacquet, Vice-Président en charge de l’artisanat et du commerce

Jean-Baptiste Sibertin-Blanc, Designer, co-fondateur et responsable de la Masterclass Collège.M2

Ont le plaisir de vous inviter à

La conférence inaugurale du Collège.M2

Le 18 septembre 2023

Aux Ateliers Saint-Cyr, 28 rue Arthur Papavoine 27100 Le Vaudreuil

Programme

9h30 : Accueil des invités

10h00 : Ouverture du Collège M2 par Bernard LEROY et Jean-Baptiste SIBERTIN-BLANC

10h30 – 12h00 : Conférence par Samuel Bianchini, Artiste, Enseignant et Chercheur à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris où il dirige le groupe de recherche Réflective Interaction sur les dispositifs interactifs.

12h00 – 14h00 : Cocktail

14h00 : Ouverture de la Masterclass avec les 24 participants du Collège.M2

Artiste utilisant une tablette graphique sur son bureau

RSVP avant le 15 septembre à contact@fabriquemetiersdart.fr

Samuel Bianchini

@Hélène Bozzi

Art, design, artisanat à l’ère du numérique

Pour de nouvelles formes de coopération entre conception, expérience et matérialité

Le numérique serait un facteur de dématérialisation. Le design serait essentiellement basé sur une logique de projet au profit de fonctions. À l’instar de la CAO (“conception assistée par ordinateur”) ou de l’impression 3D, la forme et la matière se conformeraient au verbe ou au programme. L’art serait, quant à lui, d’abord cérébral, conceptuel, comme l’a démontré, dès les années 20, László Moholy-Nagy, en donnant des instructions par téléphone pour faire réaliser ses œuvres par d’autres, artisans et / ou machines. Les artisans seraient alors soumis à la commande et aux règles du métier.

S’il est certain que nos sociétés sont aujourd’hui innervées de toute part par les technologies numériques, il est en revanche douteux et dangereux de croire que l’ensemble de nos vies pratiques et de nos environnements matériels puissent être réduit à des conduites programmées, au verbe implémenté devenu calculable.

Au contraire, à mesure que les logiques ordonnatrices de l’informatique tentent de s’imposer, on redécouvre la puissance sensible des formes et de leur plasticité, la beauté des gestes irréductible à la mécanisation, comme les facultés d’action de la matière et de nos environnements dits “naturels”. Entre art, design, artisanat et technologies, comment composer ? Peut-être ne faut-il pas alors réduire la question, mais assumer, à la manière d’Edgar Morin, sa complexification : comment permettre de nouvelles formes de coopération entre les disciplines artistiques et scientifiques, avec les technologies numériques, tout en étant préoccupés par un soucis écologique qui nécessite une attention toute particulière aux forces et au respect de nos environnements matériels et naturels ?

Agentivité de la matière, expérience humaine pluridisciplinaire et puissance du numérique ne sont ni opposables ni réductibles l’une à l’autre, au contraire, ces différents registres d’activité nous appellent à repenser et expérimenter de nouvelles formes de coopérations, humaines et autres qu’humaines, qui donnent toute leur place à la dimension esthétique. C’est dans cette perspective que Samuel Bianchini proposera une réflexion basée sur de nombreux exemples pratiques provenant, entre autres, d’un champ d’exploration autant pluridisciplinaire que vivifiant : la robotique et même, la “soft robotic”.

Samuel Bianchini est artiste et enseignant-chercheur (PhD, habilité à diriger des recherches) à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD, Université PSL, Paris), où il dirige le groupe de recherche Reflective Interaction d’EnsadLab (laboratoire de l’EnsAD) et où il est également co-responsable de la Chaire arts et sciences mise en place en 2017 avec l’École polytechnique et la Fondation Daniel et Nina Carasso.

Sites web : www.dispotheque.org | https://reflectiveinteraction.ensadlab.fr

Plus d'information

anne.levasseur@seine-eure.com


Un prix Sésame pour l’ouverture du Carré St-Cyr

Un prix Sésame pour l’ouverture du Carré St-Cyr

La ministre de la Culture Rima Abdul Malak a remis le prestigieux prix Sésame 2023 à Bernard Leroy, lundi 26 juin. Il récompense la reconversion de l’ancienne église St-Cyr en pôle régional des métiers d’art.

Organisé par la Fondation du patrimoine sous le haut patronage du ministère de la Culture, le prix Sésame récompense une initiative locale, consensuelle et originale mise en œuvre au sein d’un édifice religieux.

Onze lauréats ont été décernés dans toute la France. En Normandie, ce prix a été attribué à l’Agglomération Seine-Eure pour l’ancienne église St-Cyr du Vaudreuil, reconvertie en pôle régional des métiers d’art. A travers ce prix, la Fondation du patrimoine s’attache plus particulièrement à la sauvegarde ou à la restauration du patrimoine religieux.

« La Fabrique des Métiers d’Art est un écosystème où les professionnels des grandes maisons du luxe, les PME spécialisées et artisans d’art se retrouvent et travaillent ensemble pour créer et faire émerger des nouvelles filières, utiliser et adapter un savoir-faire ancestral à des créations contemporaines. C’est un accélérateur de croissance et de notoriété »

Bernard Leroy


Rejoignez le réseau l'Outil en Main

Rejoignez le réseau l'Outil en Main

En transmettant les valeurs du travail bien fait et le goût du beau, les anciens, souvent retraités de grandes « maisons de luxe », ont le plaisir de rester actifs et de devenir « passeurs » du métier qu’ils ont tant aimé.

Rejoignez le réseau l'Outil en Main

L’Outil en Main a pour but l’initiation des jeunes dès l’âge de 9 ans, aux métiers manuels, de l’artisanat et du patrimoine, dont les métiers d’art. Cette initiation a lieu dans de vrais ateliers avec de vrais outils. Elle est guidée par des bénévoles, gens de métier et passionnés, souvent à la retraite. Les jeunes qui participent aux ateliers découvrent différents métiers tout au long de l’année et réalisent des ouvrages de leurs mains.

Au Vaudreuil, au sein des Ateliers Saint-Cyr, le deuxième atelier du territoire de l’Outil en Main dédié à l’artisanat d’art ouvre ses portes et recherche des bénévoles !

Un petit garçon apprend la poterie avec son grand-père. Il façonne l'argile pour fabriquer un pot sur le tour du potier.

L’Outil en Main œuvre à la valorisation de tous les métiers manuels auprès des jeunes. Plus de 100 métiers sont représentés dans les ateliers partout en France : carreleur, charpentier, tailleur de pierre, pâtissier…  L’Association joue un rôle clé pour attirer les jeunes vers les métiers manuels. Ils pourront, des années plus tard, choisir un métier répondant à leurs aspirations, par la voie de l’apprentissage et de la formation professionnelle.

Lors de séances hebdomadaires, les mercredis après-midi, des maroquiniers, des ébénistes, des décorateurs de talent, expliquent, montrent et font fabriquer des objets aux enfants. Dans des conditions idéales – un adulte pour deux enfants -, ils les initient aux gestes créateurs et partagent leur savoir-faire.

En fabriquant eux-mêmes des objets, les enfants découvrent leurs talents et développent leur confiance en eux.

Rejoignez-nous

anne.levasseur@seine-eure.com


COLLEGE.M2

Septembre 2023 - Mai 2024

COLLEGE.M2 - Appel à candidature

Le COLLEGE.M2, atelier de Recherche & Innovation réunissant des acteurs des métiers d’art, de l’intelligence numérique et du design, lance un appel à candidature pour la seconde édition de la Masterclass

Logo Fabrique des métiers d'Arts en Fav-icon

La Fabrique des Métiers d’Art lance l’appel à candidature pour la seconde édition du COLLEGE.M2, un atelier de Recherche & Innovation réunissant des acteurs de l’intelligence numérique, des métiers d’art et du design.

Constitué de 8 artisans, 8 créateurs numériques et 8 designers, le COLLEGE.M2 propose une réflexion active sur les croisements fertiles des richesses tactiles des savoir-faire, connectés à l’immatérialité de l’intelligence numérique. Le COLLEGE.M2 est placé sous la direction pédagogique de @jeanbaptistesibertinblanc, designer, chercheur, enseignant et fondateur du Studio JBSB, le programme se déroule au Carré Saint Cyr au Vaudreuil . Les frais d’inscription + un budget pour la réalisation des projets sont pris en charge par l’Agglomération Seine-Eure.

Le COLLEGE.M2 est le lieu attendu d’un dialogue entre 3 imaginaires dont les logiques sont dédiées aux services et aux objets mais dont les valeurs créatives sont individuellement en pleines mutations. Au cours de 9 journées de rencontre, de septembre 2023 à mai 2024, chaque trinôme co concevra un proto objet à la rencontre des 3 Métiers et des multiples Matériaux présents dans le COLLEGE.M2.


Si vous êtes digital maker et passionné de langage informatique, si vous êtes artisan, si vous aimez développer les spécificités techniques d’un projet/objet, si vous êtes designer ou développeur, le COLLEGE.M2 est fait pour vous. 

Date limite de candidature le 30 juin